S'inscrire à la newsletter Accéder à l'extranet RSS

FFE > Les instances internationales

Frédéric Pietruszka, nommé Secrétaire Général de la FIE

12/12/2012 Imprimer


Nominiation_FIE
Dimanche 9 décembre 2012, Frédéric Pietruszka, Président de la FFE a été nommé Secrétaire Général de la Fédération Internationale d’Escrime. Un poste qui met en exergue le poids de l’escrime française au sein de l’escrime mondiale.


Retour sur cette nomination importante pour le Président actuel de la FFE et sur ce que cela engendre pour notre sport.

Interview...

 

Le Président de la FIE Alisher Usmanov vient de vous nommer Secrétaire Général de l’instance mondiale de l’escrime, qu’est-ce que cela représente pour vous ?

 

Frédéric Pietruszka : « C’est certes une reconnaissance pour moi mais c’est surtout une reconnaissance pour l’escrime française et ses valeurs. Cela montre une vraie respectabilité des compétences françaises sur la scène internationale. Citons notamment nos compétences en matière d’organisation de compétitions internationales, La France est depuis longtemps une terre d’escrime qui a su montrer des qualités dans l’organisation d’événements et d’épreuves internationales. Il s’agit d’une véritable mise en valeur de la France dans l’escrime mondiale. »

 

 

Est-ce que ce poste est compatible avec votre fonction actuelle (et peut-être à venir) de Président de la FFE ?


FP : « Oui bien sûr, il y a d’autres exemples de Présidents de fédérations françaises qui ont déjà été nommés à des fonctions similaires, comme M. Joël Delplanque pour le handball, ou M. Jean-Luc Rougé pour le judo et encore M. Michel Dusson pour la lutte. Il faut aussi noter que beaucoup d'autres membres du COMEX, sont aussi des membres de fédérations (américaine, italienne, chinoise, coréenne, etc.)

Je pense que la compatibilité existe et pour cela je m’engage à venir deux jours par semaine à la FFE. Je vais simplement mettre en sommeil ma société de consulting Sport Prime dont les revenus seront alors compensés. Ainsi je conserverais une activité double en parallèle : à la FFE et à la FIE. »



Quelles sont les principales missions d’un Secrétaire Général de la FIE ? Quelles seront vos responsabilités sur ce poste ?

 

FP : «Les grands axes que j’aurais à charge sont principalement :

- Coordonner le fonctionnement des Commissions au sein de la FIE

- Assurer les relations internationales avec les instances sportives mondiales (CIO, ASOIF, etc.)

- Développer plus généralement l’escrime dans le monde. »

 


Et sur ces différentes missions, que pensez-vous mettre en place en premier lieu, quelles seront les priorités que vous réaliserez ?


FP : « Il faudra premièrement que je mette « la machine en marche » avec ses nouveautés. La FIE a désormais de nouveaux membres au COMEX et de nouvelles Commissions et il sera nécessaire d’assurer le bon fonctionnement de l’ensemble de la structure en coordination avec Nathalie Rodriguez, la Directrice Exécutive de la FIE.

Ensuite je m’attacherai à avoir des relations suivies de l’escrime mondiale, au sein du monde olympique ; afin que notre sport conserve, voire même, améliore sa place dans le concert olympique. Il est important de valoriser la place de l’escrime dans la sphère internationale et ainsi de mettre en avant des axes de développement. Il ne s’agit pas uniquement de valoriser la compétition, mais l’escrime au sens large, cela peut passer par exemple par la diversification des pratiques. »

 

 

Quelle fut votre réaction à l’annonce de votre nomination ?

 

FP : «Tout d’abord il faut savoir que ma désignation fait suite à la non élection de Maxim Paramonov au sein du COMEX, il a donc fallu pour le Président de la FIE trouver un autre Secrétaire Général.

Cette désignation représente une mise en relief de mes connaissances de l’escrime mondiale, liées à mes expériences en tant que sportif, enseignant, Président de la Fédération Française, organisateur de compétitions (Championnats du monde à Paris en 2010, Tournoi annuel de Strasbourg à l’épée...) que j’ai pu accumulées depuis 48 ans désormais. »

 


 

On dit souvent que la France n’est que trop peu représentée au niveau des instances sportives internationales, qu’en pensez-vous ?

 

FP : « Je pense qu’il y a beaucoup de français présents dans les instances internationales mais qu’il y en a certainement trop peu à des postes clés. Cela s’explique par le fait que beaucoup de moyens sont nécessaires pour accéder à ce type de postes (qui ne peuvent pas être pris en charge suffisamment par le gouvernement ou les instances françaises). Il faut aussi préciser qu’il n’est pas toujours facile de trouver les bonnes personnes qui réunissent toutes les compétences et les qualités nécessaires pour être à la tête des instances internationales, il faut aussi avoir une grosse crédibilité dans le sport concerné. »

 


 

Et par rapport à la représentativité de la France dans les Commissions de la FIE, que pouvez-vous nous dire ?


FP : « Je crois que nous sommes très souvent dans la « politique politicienne », avec un jeu d’alliances qui prévaut. La compétence individuelle n’est pas forcément reconnue. En Europe, contrairement à ce qui se fait sur d’autres continents, nous ne sommes pas nécessairement tous unis. »

 


 

Avec ce nouveau poste vous allez être en relation directe avec le Président Usmanov, quelles sont vos rapports aujourd’hui avec lui ?


FP : « Je le connais depuis 5 ans maintenant et en tant que membre du COMEX, je le voyais assez régulièrement. Je pense qu’il attend de la proactivité me concernant, et que je puisse être force de propositions. Il apprécie lorsque que ce sont les différents pays qui insufflent de nouvelles idées. Mais il faut noter que ma fonction est avant tout un travail « main dans la main » avec la Directrice Exécutive Nathalie Rodriguez. Nous travaillerons ensemble pour parvenir aux objectifs du Président, à savoir : que l’escrime soit reconnue de tous, aussi bien des médias que des partenaires au sens large et que l’escrime devienne plus spectaculaire.

Et j’aurais également à cœur d’aider à la valorisation du Congrès et du Centenaire de la FIE qui se dérouleront à Paris l’année prochaine. Je serais en soutien de la mission de Maxim Paramonov, qui est lui-même chargé de la tenue de ce Congrès. Je souhaite naturellement que cela restent des grands moments de l’escrime mondiale. »

 

Lettre de félicitation de Thomas Bach, Champion olympique et Vice-Président du CIO 

5021 lectures